Forum RPG Pokemon — Nootan New Age : Tournez la page. Entrez dans un nouvel âge. Bienvenue sur notre terre, la terre de Nootan !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue ! Nous cherchons maintenant UN (1) Champion de tout types autre que; Spectre, Dragon, Acier, Psy, Ténèbres et Feu ! Pour plus d'informations, veuillez envoyez un MP à Amy !
Nouveau boss Rocket trouvé, félicitions Raven !! (^w^)/ ♪

Partagez | 
 

 « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Jeu 25 Juil - 21:39

« P'tite balade à l'air frais. »

LIBRE (plusieurs personnes peuvent s'incruster).

« C'est pas tout ça, mais j'avais promis à mes p'tits fous une promenade ! À la prochaine !

C'est sur ces mots que je quittais un membre de la Team Magma qui discutait tranquillement avec moi peu auparavant. Doucement je frottais ma main contre la tête d'Akya, ma Pyroli, lui faisant une ... crête ? sur sa petite tête. Elle se secoua, lécha sa patte avant de la passer entre ses deux oreilles et replacer sa dite mèche.
Je partais tranquillement, puis poussa un léger soupir en repensant à la conversation eue auparavant. « Les sbires ont changé. Bon, au moins, ils ne sont pas lèches-bottes, ceux-là, et gardent leur respect. Bon ça va, il m'a demandé l'autorisation de me tutoyer, celui-ci. », pensais-je. C'est vrai, le jeune homme que j'avais croisé était très accueillant, en restant chaleureux et respectueux. Si tous les sbires étaient comme ça, tiens.

J'effaçais ces pensées. C'est vrai, j'étais partie en balade, pas en remémoration. Akya bondit de mes bras pour se placer à gauche de mes jambes. Autant pour moi, elle insistait sur le fait qu'elle souhaitait se dégourdir les pattes. Nous étions enfin sortis dudit repaire, et nous tendions le nez vers l'air frais. La douce brise de l'après-midi, ah. Une chaleur non pas trop forte se présentait. Heureusement, j'étais e, cow-girl mode, avec un chapeau de cow-girl, une chemise légère à laquelle, vu la chaleur, j'avais fait un nœud, puis un mini-jean qui atteignait juste mes cuisses. Les petites bottines restaient aérées. Comme quoi j'avais bien prévu, mh ?
Après avoir avancé suffisamment, je sortis Heavy, Inaly, Blaze, Shenzi et Ewaline de leurs pokéballs.

« Alors, prêts pour la balade, mes feux sacrés ? »

J'ignorais pourquoi je les avais appelés "mes feux sacrés" mais ils semblaient apprécier. D'un côté, c'est vrai qu'ils comptaient énormément pour moi. Tous approuvèrent mes paroles avec leur cri respectif. Je leur souriais. Le soleil illuminait la fourrure d'Inaly, Akya et Blaze. Celle d'Ewaline luisait légèrement et sa crinière resplendissait. Je grimpais sur cette dernière : je savais qu'ils souhaitaient courir. Le seul qui était avec moi, sur Ewaline, c'était mon petit dernier, Shenzi. Le jeune salamèche était déjà courageux et intrépide, mais ses petites pattes ne lui permettaient pas de suivre la cadence qui allait suivre. Ewaline acceptait totalement qu'il grimpe entre ses oreilles pour profiter du vent ; en fait, elle et son caractère pacifique laissent passer beaucoup. Je me contentais de me tenir avec ses épaules, sa crinière étant brûlante - n'espérez pas que j'utilise un équipement approprié, c'est pas pour moi.

« Allez Ewa', montre-moi c'que t'as dans le ventre ma belle ! », déclarais-je subitement.

Elle accéléra sans laisser à Shenzi le temps de se préparer ; la salamandre retomba en arrière entre mes jambes, la tête sur mon ventre. Il me souriait embarrassait, moi je rigolais. Il se remit sur pieds et se tint à la crinière de la jument - il s'était habitué aux hautes températures, lui-même étant un type feu, la chaleur de la crinière ne lui faisait rien. Il faisait attention à ne pas tirer sur les flammes auxquelles Ewaline tenait beaucoup ; cette délicate attention afficha un beau regard de la part d'Ewa'.

Nous rattrapions les autres galopins, Heavy volant au-dessus de moi. Je lui lançais un défi du regard, et donna un petit coup de pied sur la cuisse d'Ewa'. Elle accéléra plus que jamais. À la fin, j'apercevais mes autres doux arrivait comme un troupeau de frisons. Tous étaient essoufflés ; Heavy souriait, content d'avoir pu partager cette course. Nous étions arrivés dans les champs. Je descendis doucement de ma jument qui m'accorda une léchouille sur la main. Je lui rendais ce geste en caressant sa tête comme elle l'appréciait. Elle se coucha au sol en profitant du beau paysage qui s'offrait à nous. Shenzi restait avec elle pour lui tenir compagnie.

Purée, j'avais perdu Akya ! « MEEEEERDE ! », on avait pu m'entendre gueuler à je ne sais combien de mètres ! Non mais en fait la boule de poil s'était cachée parmi les jolies plantes jaunes. Pourquoi fallait-il qu'elle profite de sa couleur chromatique pour me faire ces blagues ? Je soupirais, mais d'amusement, soulagée de l'avoir retrouvée. Elle se mit sur le dos, en ricanant à sa façon. Je lui chatouillais le ventre, à cette petite vermine, puis lui pris les joues en les secouant un peu. Elle se remit sur pattes, et moi je tournais la tête, lorsque j'entendis un bruit.

« YIIIH AAAH ! »

Ça paraissait un peu cliché comme ça, mais avec ce cri, tous mes Pokémon se rassemblèrent autour de moi. Je me levais péniblement en observant une ombre aux traits non distincts au loin ; quelqu'un arrivait. Qui j'en savais rien, c'était tellement loin que j'arrivais même pas à savoir si c'était un humain ou un Pokémon ...
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Ven 26 Juil - 22:50


J'avais, une fois de plus, une journée tranquille devant moi. Pas d'adversaire à ma hauteur n'avait été annoncé, rien de palpitant. Ma vie de champion me poussait clairement à être flemmard, je n'étais donc pas le seul à blâmer. Blâmer donc tous ces incompétents de jeunes aventuriers qui préfèrent se tourner vers les concours et autres conneries à paillettes. Les jeunes de nos jours, tous mous et sans ambitions. Triste réalité qui me força à pousser un long soupir de désespoir. Donc, une journée banale et ennuyeuse, une promenade par ce beau temps me serait profitable. J'essaye de traîner quelques uns des gars de l'équipe ... Le seul motivé fut malheureusement Scalproie. Qui comme à son habitude voyait en cette promenade une occasion de « patrouiller », vu son allure solennelle à l'annonce du départ. J'allais devoir supporter son comportement de psychopathe pâle copie de power ranger et subir ses cris alertes toutes les deux minutes. C'était ça où j'allais me promener tout seul, les autres ne semblait pas vouloir faire autre chose que pioncer dans leur pokéball. Quant à Steelix, il avait préféré rester à l'arène. J'espère pour lui que je ne me ferais pas attaquer par une bande de folles furieuse, sinon je lui en voudrais !

Tranquillement, j'entame la marche avec Scalproie qui prend les devants, sans doute par précaution. Au moins, avec lui, même la plus grande des mauviettes se sentirait en sûreté. Moi je me sens juste ridicule avec lui. Regardez-le ! Mais au final, moi ça me fait marrer. Finalement, après vingt bonne minutes de marche on arrive dans cet immense espace de verdure. Agréable pour une balade champêtre. Quelles étaient les chances pour que Scalproie soit parano dans un endroit en apparence si paisible. C'était tellement vaste qu'il pourrait me foutre la paix et arrêter de jouer les agents secrets en mission, les ninjas ou je ne sais quoi d'autre qu'un power ranger. Ah non, raté, quelque chose semble l'alerter, encore. Il s'élance et me contraint à le suivre, de toute façon je ne refuse pas une petite séance sportive, l'entretient de son corps c'est le bien !

Finalement on entends tous les deux un cris étrange. Une voix féminine sans aucun doute. Scalproie disparaît dans les buissons. J'adore jouer à cache-cache, évidemment, espèce d'abruti ! Scalproie vient donc de sauter au milieu de je ne sais trop quoi. En tout cas, j’aperçois quelques silhouettes de pokémons. Le mystère me pousse à me rapprocher, de toute façon il faut bien que j'aille chercher cet idiot. Finalement, quand j'arrive et je remarque une jolie rousse légèrement sur la défensive accompagnée d'une flopée de pokémon apparemment très entraînés. « Woo, du calme ma jolie, j'suis pas là pour t'agresser ! » Bah oui, un mec qui surgit des buissons c'est quand même relativement louche.

Pendant ce court laps de temps, j'observe Scalproie du coin de l'oeil qui tente d’exécuter des positions de karaté ou de je ne sais quoi. Il essaye, tout du moins. Il était ridicule, c'est fou ce qu'il peut me faire marrer celui-là. Du coup, j'éclate de rire en regardant cet imbécile faire des gestes dans tous les sens. S'il espérait intimider les pokémons de la jeune fille, je pense que c'était louper. « Bon excuse le, il est comme ça depuis toujours, je crois qu'il se prend pour un power ranger... » Garder son sérieux était chose difficile face à tant de connerie. Il insistait, ce qui était doublement plus drôle. C'est étrange, j'assistais à ce genre de spectacle tous les jours depuis un certains temps et pourtant, je ne m'en lassais pas. « Hé le ninja, tu peux te calmer ça va, y a pas de danger là ! » Sur ces mots il se figea et observa fixement les pokémons de cette jeune inconnue. Cette promenade s'avéra plus sympa qu'elle ne devait l'être au départ. Moi qui pensais que j'allais simplement devoir subir l’exubérance ridicule de ce pokémon.

« Belles bêtes que tu as là ! Impressionnant pour une jeune fille si mignonne.. » Quoi !? Ouais j'aime bien parler aux jeunes filles et alors, où est le mal ? Je fais ce que je veux et si je suis là, c'est de la faute à ce Scalproie alors inutile qu'il me jette un regard comme ça. Oui, encore ! Et alors, on ne peut chasser un naturel comme le mien. Puis si j'arrête de draguer les jolies filles, qu'il arrête de se prendre pour le ninja qu'il n'est pas lui d'abord.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Sam 27 Juil - 10:10



Ben voilà l'inconnu.




Toujours aux aguets, mes compagnons guettent les inconnus qui s'approchent. Un Pokémon s'était caché dans les buissons ; facile de le repérer quand les broussailles sont agressées par un Scalproie - sûr, un pokémon qui ressemble à un power ranger, n'allez pas me faire croire que c'est un pikachu. Le Pokémon en question vient à bondir en face de nous, prêt à attaquer aux ordres de son dresseur, ou du moins, j'imagine. L'ombre aperçue s'approche ; j'ai validation, celui-là c'est bien un humain.
Quand il arrive pour récupérer son Scalproie - il me semble bien que c'était pour ça -, je reste sur la défensive. Mes pokémons le dévisagent du regard ; Inaly, quant à elle, montre les crocs au Scalproie. Qu'il essaye de l'approcher et il se prend la braise en pleine figure.

« Woo, du calme ma jolie, j'suis pas là pour t'agresser ! », lança l'inconnu.

Je reste silencieuse. Non, franchement, j'allais pas non plus taper discussion direct. Par contre j'observais le spectacle du power ranger qui essayait d'exécuter des positions de karaté, heu du moins c'est ce qu'on pouvait croire. Même Ewaline avait perdu son sérieux et tapait doucement son sabot sur le sol, avec un rire murmuré. Son dresseur éclate de rire ; moi je me relevais, précédemment accroupie. Je gardais les yeux fermés. Le rire du jeune homme cessa ; et c'est là, et seulement là, que j'ouvris les paupières en le regardant droit dans les yeux. Non pas pour l'intimider, mais juste pour lui faire comprendre que je n'étais pas une fille facile. Le pokémon adverse insistait sur ses gestes ; au moins ça occupait mes trésors qui riaient - ce qui ne décourageait pas le "futur karatéka".

« Bon excuse le, il est comme ça depuis toujours, je crois qu'il se prend pour un power ranger... », avoua le dresseur.

Un léger sourire s'esquissa sur mon visage et un souffle amusé sortit de mes narines - anecdote sexy, je sais. Mon regard se figeait sur le pokémon mais très vite j'en sortis. Je n'étais pas toujours décidée à parler ; attendre le bon moment c'est mieux.

« Hé le ninja, tu peux te calmer ça va, y a pas de danger là !, ordonna le dresseur à son pokémon.
Heureusement que le ridicule ne tue pas, me décidais-je à répondre. »

J'esquissais à nouveau un sourire. Le nouveau power-ranger se figea mais garda une position sérieuse tout en observant mes pokémons. S'il touche à l'un d'eux, il se verra prendre bien des braises. Je tournais la tête et revins au jeune homme, qui me lança :

« Belles bêtes que tu as là ! Impressionnant pour une jeune fille si mignonne...
— Belles "bêtes" ? J'vais passer là-dessus, c'est pas comme si c'était pas des sortes d'animaux. Bref.
, je laissais passer un soupir. Impressionnant, dis-tu ? Peut-être bien. Mais en tout cas, ne crois pas m'avoir facilement avec tes essais de drague-qui-peut-réussir. Ouais, j'suis pas vraiment une fille facile fan de mode et qui fait sa lady. Par contre les petites attentions j'veux bien, les flatteries d'égo c'est fun. »

J'avais lancé ça naturellement et finis par rire légèrement en adressant un regard comme attirant et plutôt arrogant. Son Pokémon lui lança également un regard assez mécontent, mais le dresseur laissa couler.

« On va bien s'entendre j'le sens. C'est quoi ton p'tit nom à toi ? Moi c'est Hyuna, et n'essaie même pas d'le changer. Les flammes ça fait mal. »

J'attendais sa réponse en lançant un regard à mes p'tits trésors comme pour indiquer au dresseur que les flammes en question, c'était eux. En revenant poser mon regard sur lui, je passais ma main sur une mèche rebelle pour la replacer, puis mordis ma lèvre avant de la relâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 6 Aoû - 22:23


Ma réaction première ? Rire, encore. Cette fois, non pas pour le comportement plus que ridicule de mon pokémon, non. Là, c'était pour cette rouquine plutôt marrante, qui n'avait pas froid aux yeux ! Enfin une nana avec quelque chose dans le ventre, c'était sympa, c'était marrant. Et pourtant, si je voulais envisager celle-ci en tant que conquête, cela serait une rude, très rude épreuve. Non pas que je n'aime pas le défi, mais bien que mon statut de mec m'incombe de ce rôle, je ne pense pas forcément qu'à ça. La drague, c'est de l'entrée en matière primordial. Si elle est réceptive, sans être agressive, pas trop farouche et ni pétasse, alors ça passe ! Celle-ci, elle a l'air cool, finalement, je n'aurais peut-être pas perdu ma journée.

Finalement, elle se présente la première en me mettant en garde. Changer son prénom ? Hahaha, quelle vaste blague. Hé non ma belle, je ne suis pas de ceux qui donne des surnoms merdiques à de jolies nanas. C'est tellement hasbeen que ça fait fuir plus qu'autre chose. « Jamais je n'oserais troquer un quelconque surnom contre ton joli petit prénom, voyons ! » Il faut, je ne suis pas non plus le dernier des crétins. Et j'ai aussi une réputation à tenir de mon côté, un champion, ça soulève pas les jupes de toutes les filles qu'il croise dans l'espoir d'entrevoir une petite culotte. Un champion, ça doit agir avec plus de classe et de dignité que cela. Et ça respecte les jolies filles, elle m'amuse cette rouquine, son tempérament m'intéresse et m'intrigue pour la suite.

« Soit, je suis donc enchanté de te rencontrer Hyuna. Quant à moi, je m'appelle Rafael. »

Bien, les présentations sont faites, la base de la rencontre hasardeuse en pleine campagne. Même si je n'espérais pas rencontrer une si jolie fille en pareil endroit. Elle attise ma curiosité. De part son caractère bien trempé. Ses pokémons d'apparence assez puissant. Et son sang froid irréprochable face à ce qu'elle aurait pu prendre pour un gros lourd. Elle est cool cette nana, elle me plaît bien, d'un point de vue purement innocent cette fois. Bien sûr que non, je ne cours pas après toutes les filles.

De son côté, je jette un bref regard à Scalproie qui semble s'être calmé et s'est discrètement rapproché de moi. Il guette. Je ne sais trop quoi. Mais je sais qu'il guette, ça se sent. Il se tient droit, presque raide, il scrute, immobile. Il me fait marrer cet idiot. Il est funky comme compagnon. Mais revenons à la jolie Hyuna, qui est bien plus intéressante que cet idiot. « Alors, pour quelle raison es-tu venu te perdre ici ? » J'aime bien le hasard, parfois.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 27 Aoû - 11:38



Speed-dating party ?




Après ma - très rapide - présentation, le jeune homme se met à nouveau à rire. Un p'tit rieur ? Boarf, c'est pas comme si c'était mal. Rire c'est bon pour la santé ... c'est bon tout court, même si c'est pas trop mon genre avec les inconnus. Je me sens déjà plus à l'aise, soufflant tout hochant la tête de gauche à droite très légèrement, avec un léger air moqueur.

« Jamais je n'oserais troquer un quelconque surnom contre ton joli petit prénom, voyons ! », lança le jeune homme.

Un sourire s'esquissa à nouveau sur mon visage. Les derniers prétendants - ou plutôt dragueurs - étant venus vers moi n'avait pas ce sens de gentleman. De nos jours, j'appelle les vrais hommes "gentleman", juste parce qu'il est déjà difficile de trouver un vrai homme ... alors un vrai gentleman, imaginez ? Bref. Celui-là me plaît bien ... dans le sens où il est pas naïf. Il sait où frapper pour séduire les femmes naïves. Dommage pour lui, mais il n'a pas l'air d'abandonner. Dans mes pensées je relâche un rire amusé. Très vite, je reviens sur terre.

« Soit, je suis donc enchanté de te rencontrer Hyuna. Quant à moi, je m'appelle Rafael. », avoua-t-il.

Présentations faîtes. Rafael ... j'aime bien ce nom. C'est pas super viril, et tant mieux. Ça lui va bien en tout cas. Un petit détail attire ma curiosité ... rien d'important, mais ça semble étrange. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que le jeune homme cache un truc. Je sais pas trop quoi, mais c'est pas du tout méchant ... un p'tit détail. Ou bien c'est juste parce que j'ai pas l'habitude de rencontrer un vrai homme. Ouais, ça doit être ça.

« Rafael, hein ? Ça te va plutôt pas mal. Je dirais même que ça correspond bien à l'image que me donne ce prénom ... même si juger les personnes sur un premier dialogue c'est pas trop mon genre., lançais-je rapidement. »

Après avoir regardé, vite-fait, le dresseur, je jette un coup d'œil à mes p'tits amis, ainsi qu'à l'apprenti power-ranger qui semble s'être calmé mais aussi s'être rapproché de son maître. D'ailleurs, je crois qu'il a repris son sérieux, lui qui, il y a quelques minutes, faisait des mouvements maladroits dans le vide. On dirait aussi qu'il guette un truc, je sais pas trop quoi. Ça doit pas être très important s'il gueule pas à nouveau des cris que j'avais pas trop compris, avant l'arrivée de Rafael. J'en reviens au jeune homme - qui semble lui aussi être intéressé par moi. Ce que je veux dire là, c'est que cette rencontre c'est pas un p'tit jeun's qui veut faire sa racaille, donc c'est bien plus intéressant que les p'tits cons qui se croient grands en se ridiculisant.

«Alors, pour quelle raison es-tu venue te perdre ici ?, lança le "grand gaillard'.
— Je viens ici pour me marrer avec mes compagnons. Ça leur fait du bien mais à moi aussi, ils se défoulent, se détendent, prennent le soleil. En même temps, avec leurs types respectifs, c'est pas étonnant. Ça nous évite aussi de nous taper les gringalets nommés sbires incapables d'effectuer une tâche sans faire le con. Ouais, je fais partie de l'une des teams, mais je préfère répondre complètement à ta question au lieu de dériver.
Je marquais une pause - même si mes paroles précédentes étaient dites sans hâte. On s'échappe du monde ici. C'est sympa, agréable et ça me ressemble bien. C'est cool de se montrer dur, mais faut bien avoir des moments de tendresse des fois ; et j'aime bien les partager avec mes amis, ici. »

J'suis un peu embarrassée d'avoir montré l'une de mes faiblesses à une personne que je connais quasiment pas, vu que c'était pas dans mon habitude. Je pense même que Rafael a pu deviner facilement mon embarras. Mais vu l'impression qu'il donne, j'crois bien que lui aussi a sa p'tite tendresse intérieure, sa p'tite faiblesse.

« Je crois que tu as deviné que j'aime pas trop montrer mes faiblesses aussi facilement. D'habitude je les montre pas du tout. Mais je crois aussi que tu peux comprendre ça. De toute façon, on s'ressemble pas mal à ce que tu m'as montré. Arrogants pour emmerder les cons, un surplus de fierté parce qu'on le vaut bien, et malgré tout ça on arrive toujours à vouloir rire, à rester intéressants et on s'emporte pas dans la connerie. Je me trompe ? »

J'avais dit ça en me sentant proche de lui - de toute façon j'étais presque sûre qu'on allait le devenir. Akya, ma petite boule dorée, bondit d'un coup dans mes bras en lançant un regard possessif à Rafael, comme pour lui signaler que s'il me voulait du mal, il le regretterait. Je riais doucement tout en caressant sa petite tête. La boule de poil était adorable et se montrait toujours possessive avec ses mises en garde, et très souvent - ça semblait même être le cas actuellement - les personnes qu'elle visait avec ce fameux regard comprenaient directement.
De mon côté, le caractère du jeune homme m'intéressait, et commençait presque à m'attirer ... mais quelle vraie femme essaierait de séduire de façon brutale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 27 Aoû - 19:56


C'est qu'elle est intéressante, cette rouquine. Une femme de caractère qui donne un tout autre sens à une journée qui s'annonçait plutôt pénible. Après tout, il est vrai que depuis tout ce temps passé à Nootan, je n'ai pas convenablement agrandis mon cercle de connaissances. Et Hyuna, elle a le mérite d'avoir son tempérament à elle. Sans la connaître, j'ose croire qu'une petite flamme brûle, sans trop savoir ce que cela signifie réellement. J'étais curieux et impatient d'en savoir plus à son sujet. Après tout, regardez-là, écoutez-là. Quel fou ne voudrait pas en découvrir un peu plus sur cette sublime jeune femme.

Je l'écoutais attentivement. Les filles, ça aime qu'on leur porte de l'attention. Je la fixe avec un sourire comme figé, comme si chacun de ses mots me ravissait. Lorsqu'elle reprend la parole, son discours sincère et profond lui donnait une certaine profondeur qu'on ne saurait constater au premier coup d’œil. Surprenante, cette jeune femme était tout simplement pleine de surprise, sans aucun doute. Cependant, alors que je croyais que tout se passait bien. Elle évoque son appartenance à l'une des organisations. Pendant ce quart de seconde, je fus tiraillé entre la surprise et la déception. Voilà une nouvelle inattendue, mais surtout improbable. Comment une si délicieuse personne pouvait appartenir à ces bandes de malfaiteurs.

La suite dépendant de moi. Est-ce que je laisserai de côté mes convictions, mon combat qui se refuse à accepter les agissements de ces personnes. Est-ce que je lui accorderai une chance, après tout elle ne sera pas la première à qui j'accorderai cette faveur. Mais le raisonnement se devait d'être rapide. Autre que sa sensibilité et son charme, désormais de nouveaux critères entraient en jeu, et pas des moindre.

Quand je reporte mon attention sur les mots qui sortent de sa bouche, je l'entend parler de faiblesse. Mais qu'elle ne fut pas ma faiblesse à moi de me laisser amadouer et charmer aussi facilement par une jeune femme supposé être mon ennemi. Et pourtant, ce qu'elle me raconte par la suite est troublant, intéressant et j'irais jusqu'à dire touchant, mais je ne suis pas une mauviette. Et part politesse, je l'avais laissé finir son discours. On ne coupe pas une jeune femme en plein dévoilement de ses émotions. « Je suis ébahi par votre façon de cerner les gens et de comprendre les choses. » Et maintenant ? Je ne peux tout de même pas faire comme si je n'avais rien entendu. Serais-je prêt à pactiser avec celle qui fait parti du clan adverse. Est-ce que ce serait remettre en question ma personne et mes idéaux que d'omettre ce détail et continuer simplement comme si rien de tout ça n'existait. C'est embêtant, c'est une situation plutôt gênante. Mais après tant de franchise de sa part, elle mérite tout autant de sincérité.

« Très chère Hyuna, qu'elle ne fut pas ma surprise d'apprendre que tu fais partie de ces organisations de mercenaires...» Je laisse un temps. Je soupir et prends quelques secondes pour réfléchir à la suite. « Et pourtant, je serais incapable en cet instant de te voir comme une ennemi. Néanmoins, je reste extrêmement curieux quant à ce qui a pu te pousser dans cette voie. » On se ressemble selon elle, c'est sans doute ce fait qui me pousse à mettre de côté mes convictions foireuses le temps de cette journée. Nous sommes ce que nous sommes, et apparemment le chemin choisis ne fait pas forcément de nous ce qu'il représente dans sa totalité. Hyuna suscite bien trop d'intérêt, d'intrigue et de curiosité pour que je laisse cette vague information nuire à ce que je vois comme étant une agréable journée. Différence et tolérance, si tous les membres des organisations sont dans son genre, je risque de très vite arrêter de croire en leur effet néfaste sur le monde. Voyez comme elle rayonne malgré son statut de criminel. Les êtres les plus mauvais ne seraient donc pas forcément ce que l'on pense ? Je pense qu'après cette journée, je vais ruminer pénard dans mon lit en doutant très sincèrement de toutes les idées que j'ai pu me faire jusqu'à aujourd'hui. Peut-être, juste pour une fille, oui. La faiblesse des hommes, c'est ça aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mer 28 Aoû - 6:48



Ça continue, encore et encore ... ~




Lorsque je parle, il me sourit. D'une façon différente de l'habitude et je lui fais remarquer par un regard presque amusé. Mais je continue de parler, et il continue d'apporter de l'attention à chacun des sons que je prononce. Si c'est pas mignon. On dit que les « femmes » aiment l'attention. Ça plaît à tout le monde, l'attention. Je n'vais pas me plaindre qu'un vrai et bel homme apporte de l'attention à mon discours de vieille, n'est-ce pas ? Puis d'un seul coup, je fais une erreur fatale. Celle de révéler mon appartenance à l'une des teams. Hyuna, t'as foiré. Je le vois. Je le sens. Son regard vient d'être comme autre part, comme s'il était déçu mais surpris aussi. Merde. Il semblerait que, pendant ce quart de seconde, je lui avais enlevé un espoir. Lequel j'en sais rien. Mais par la suite, son visage recommençait de rayonner - et ça me faisait un bel effet, je me suis mise à sourire bêtement tout en gardant une tête déçue. Comme si j'étais déçue par moi-même.
Je continue cela dit à parler, de faiblesses cette fois-ci. Fallait bien que je détourne le mauvais sujet. À mes dernières paroles, il semblait vouloir parler. Du coup, j'ai fini par arrêter. J'avais plus de truc à dire de toute façon.

« Je suis ébahi par votre façon de cerner les gens et de comprendre les choses. », avoua Rafael.

Mes yeux sont posés sur lui. Sur son visage, sur son regard qui semble avoir perdu une petite étincelle. J'ai envie d'une chose à ce moment ; lui redonner. Mais je remarque qu'il me vouvoie. Ça me trouble. J'aurais fait quelque chose qui l'aurait écarté de moi, comme empêché le rapprochement que j'attendais un peu - en même temps Rafael est une personne que j'apprécie déjà bien. C'est normal que je veuille me rapprocher de lui, non ?

« Très chère Hyuna, qu'elle ne fut pas ma surprise d'apprendre que tu fais partie de ces organisations de mercenaires... », commença-t-il. « Et pourtant, je serais incapable en cet instant de te voir comme une ennemie. Néanmoins, je reste extrêmement curieux quant à ce qui a pu te pousser dans cette voie. »

Quel soulagement. J'attendais tellement le moment décisif. Il voulait savoir pourquoi j'étais avec eux, lesdits mercenaires. La question fatale ? Moi-même, est-ce que je sais pourquoi ? Non. Mais une certaine intuition me pousse à répondre. J'essaie de rendre la chose douce et sans importance. Juste parce que Rafael est quelqu'un que j'apprécie et je n'aimerais pas faire rater ma chance d'être rien qu'appréciée par lui.

« J'imagine bien que ce n'était pas judicieux de dévoiler ça. Mais maintenant que je suis fixée sur ton image desdits malfaiteurs, je suis un peu soulagée., répondis-je avant de soupirer. Je ne sais moi-même plus vraiment comment je suis atterrie là-dedans. Pour moi, ça semble être plus une famille qu'une organisation de rats. Pour certaines personnes c'est un combat continuel pour prouver que nous avons raison, eux ont tord. Pour moi c'est un partage de préférence. Comme tu peux le deviner, je suis de ceux qui préfèrent la terre à l'eau. Je ne suis pas contre les baignades, mais j'avoue que si je devais choisir, ce serait la terre. Bref. Une nouvelle pause. C'est pour réfléchir aux prochains mots, évidemment. Je ne souhaite pas te décevoir, ni te donner les meilleures images des teams. Mais sache que je ne mélange pas boulot et vie privée, donc disons que je préfère qu'on évite d'en parler. En tout cas, certaines personnes des teams sont vraiment des horreurs. J'ai jamais eu l'intention d'être ennemie à qui que ce soit. Au départ, c'était surtout pour partager un avis. C'est allé trop loin à mon goût, ces histoires. »

J'imagine qu'il souhaite plus d'explications. Alors je lui dirais tout, quitte à paraître très très bavarde.

«Désolé si je t'ai déçu. Mais je crois que tu peux comprendre ce que je dis, bien que ce soit flou. Je n'y suis pas allée pour faire la barbare, à me battre sans cesse, à traiter mes inférieurs comme de simples esclaves ou pour prouver au monde que mes convictions sont celles que tout le monde doit avoir. J'ai eu une explication tellement floue des teams que je croyais presque, au début, que c'était juste une grande famille, aux mêmes préférences. Mais je ne souhaite pas paraître lâche et encore moins être poursuivie toute ma vie pour avoir, selon certains, trahi la team en la quittant comme ça. De toute façon j'ai pas grand chose à faire d'autre, donc c'est aussi quelque chose qui apporte du piment dans ma vie. »

Je lève la tête vers le ciel rien qu'une seconde, pour ensuite venir plonger mon regard dans celui de Rafael. Il devinera peut-être ma sincérité grâce à ça - il aurait pu en douter par mes paroles, peut-être.

« Changeons de sujet si tu veux bien. Cela dit je ne t'empêche pas à donner ton avis là-dessus si tu en avais l'intention. Ça ne me gêne pas. Tant qu'ensuite, on passe à autre chose ... »

Je baissais la tête en attente de réconfort. Comme quand j'étais petite, et que Heavy, qui était encore un petit Pokémon de base, se frottait à mon visage. J'avais envie de partir, de tout laisser tomber et de m'évader. C'est horrible cette sensation. Parce que je savais que tout au fond de moi, une flamme brûlait pour ce rapprochement entre nous deux. Ça signifiait peut-être une complicité ou une amitié sincère, je sais pas, mais c'était vachement important. Je ne m'attendais pas à ce que Rafael vienne se blottir contre moi ni quoique ce soit ; c'est une faiblesse qu'il refuse sûrement de montrer. Akya, quant à elle, léchait doucement mon visage, comme si elle sentait cette déception de moi-même. Après une petite minute de silence et de mini-dépression, je relevais la tête. Akya léchait toujours mon visage et je la caressais doucement, pour la remercier - après ça elle avait arrêté.

Un regard toujours plus ou moins vide s'affichait sur mon visage. J'attendais juste qu'il dise un truc, marrant peut-être, histoire de changer mes idées. De toute façon quoiqu'il dise, je changerais toujours de pensée, alors. Forcément, il réussissait à prononcer des paroles profondes - oui on le croit brute au début mais non - qui touchent toujours pile là où ça fait mal, pourtant il fait comme l'effet inverse en me faisant remonter la pente. En gros, il me fait des frayeurs, enfin pour le moment. En changeant de sujet j'aurais déjà moins peur de perdre ma chance de me rapprocher pour une fichue connerie ! Oui, mademoiselle Hyuna a repris du poil de la bête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Dim 1 Sep - 19:56


J'attendais une réponse et je serais tout ouï quand la demoiselle se décidera d'y répondre. Finalement, elle lève le voile sur cette histoire sans mal, c'est presque surprenant. Et à la fois, ça me fait sourire. Cette rouquine me raconte sa vie, sans aucune gêne, c'est amusant. Et surtout, l'histoire contée n'est pas sans intérêt ! Au contraire ! Moi qui ne porte pas dans mon cœur ces organisations de bandits, c'est intéressant, de comprendre pourquoi on peut finir par vouloir y entrer. Entre l'argent, la renommée, faut croire que ces gens là offrent de bons avantages à leurs recrues. Je l'écoute, attentivement. Je hoche la tête de temps en temps parce que je ne peux rien faire d'autre, juste montrer un minimum d'attention à son égard. C'est dommage, je peux pas sourire comme un idiot face à un discours si sérieux et sincère. Bon la déconnade, ça sera pour après, quand mademoiselle Hyuna ou plutôt la rouquine aura dévoilé tout ce qu'elle souhaite m'annoncer. Plus de mystère ! En même temps, je crois que j'ai été un peu con de lui posé cette question. Elle fait ce qu'elle veut de sa vie.

Une fois sa petite histoire terminée, elle demande à ce que le sujet soit clos. Là je peux me permettre de lâcher un sourire ! « Avec plaisir ma jolie ! Passons à autre chose. Des trucs moins ... dramatiques ! » Genre... Genre quoi d'ailleurs ? Allez Rafael, tu n'es pas qu'un crétin tout en muscle tu dois bien savoir quoi dire à une jolie fille, pas vrai ? De toute façon, on avait sûrement un million d'autres choses à se dire. Mais avant ça, parlons un peu de moi, pour rire. « Hé bah moi, j'suis champion de l'arène Colisée. Mais bon, j'ai pas de petite histoire dramatique qui va avec l'anecdote alors tu te contentera de cette maigre information. » Bah quoi ? De toute façon, être champion c'est dans le mental, c'est dans les faits actuels. J'ai pas rêvé d'être champion depuis que je suis tout gosse. Nan, ça m'est venu comme ça, un matin en me levant je me suis dis que ce serait cool d'avoir une bande de petits crétins à ma porte chaque jour. Et puis, donner des raclées à des petits prétentieux, que demander de plus funky comme activité à plein temps ? Et puis, y a pas à dire, Champion, c'est bien un truc de branleur.

J'observe sa petite bande et je me souviens que j'en avais presque oublié l'autre abruti qui était toujours raide comme un piquet à côté de moi... Des fois je me demande comment il fait sans avoir l'air de se faire profondément chier. Mais bon, j'avais d'autres préoccupations que monsieur le patrouilleur pour le moment. « Bon, ça te dis pas qu'au lieu de rester debout au milieu du champ comme deux bouseux qui s'apprêtent à ramasser des patates on va se poser dans un coin. Genre sous un arbre là-bas ? » La nature, c'est beau, mais ça pue. Et ce champs n'est pas le lieu idéal pour discuter avec une jolie fille à la chevelure flamboyante telle que Hyuna.

« Tiens et sur la route tu me parleras un peu de ta jolie petite équipe. Et tout particulièrement de ta boule de poil qui n'arrête pas de me fixer depuis tout à l'heure. Elle est mignonne. Moi les miens voulaient pas se bouger aujourd'hui, ils jouent les paresseux dans leur coin. À part lui là-bas ! Mais lui.. n'en parlons pas, t'as déjà vu quel genre c'était.. » Je me marre, parce que c'est vrai qu'il est con celui-là, c'est pour ça que je l'aime bien. D'ailleurs, je lui fais un bref signe de la main, histoire qu'il comprenne qu'il va devoir nous suivre un peu plus loin. Passer d'un point A à un point B lui donnera une occasion de jouer les ninja à l'affût. Et pourtant à part une attaque de rattata sauvage, on risque pas grand chose ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Dim 1 Sep - 21:01



YOUHOU ! On change ! 8D




J'ai l'impression d'être chiante à parler sans cesse. Le grand gaillard devant moi hoche la tête de temps en temps, il peut rien faire d'autre, mais je me sens ridicule. Genre la fille comme les autres. Cette impression de paraître cool et différente au début et puis de finir fille comme les autres, super bavarde racontant sa vie à demande mais en débordant un peu trop. Hyuna, Hyuna, Hyuna. Tu sais trèèèèès bien que Rafaël t'intéresse - oh hey, je vais pas aller dire "non c'est juste en amitié" si je sais qu'il m'intéresse, bordel ! après va savoir si le destin va me rendre folle de lui, ça c'est autre chose - et pourtant t'arrives encore à raconter ta vie sans même garder une part de mystère alors que ça pourrait être un élément méga important ! Mais après tout ... autant avoir l'air intouchable avec des avances qui font pas du tout impression d'être attirée ... on verra si j'intéresse Rafaël et par la même occasion, de quoi il est capable pour séduire une jeune femme plutôt jolie, non ? Ahah. Je finis avec cette fameuse demande de changement de sujet.

« Avec plaisir ma jolie ! Passons à autre chose. Des trucs moins ... dramatiques ! »

Un soupir soulagé se laisse découvrir. Ça fait du bien de savoir qu'il ne va pas m'enfoncer dans cette vie pourrie que j'ai, enfin dans le domaine purement professionnel. Mais en pensant à ma vie professionnelle je réalise que Rafaël ne m'a encore rien dit sur la sienne. Une chose est sûre, il ne fait pas partie de l'une des teams, de malfaiteurs en tout cas. Et d'une oreille attentionnée j'écoute ce qu'il me raconte ;

« Hé bah moi, j'suis champion de l'arène Colisée. Mais bon, j'ai pas de petite histoire dramatique qui va avec l'anecdote alors tu te contentera de cette maigre information. »

Woaw. Alors les jolies filles il doit en voir souvent, mais peut-être plus des attardées folles de son physique plus qu'autre chose. Alors que ce qui m'intéresse est son intérieur le plus secret, certaines tombent raides dingues de lui rien que pour cette carrière glorieuse. Vu les derniers dresseurs que j'ai pu apercevoir, j'imagine que oui, en effet, ça peut être que glorieux - bah vous allez pas me dire que des mauviettes avec des Pokémon même pas entraînés vont gagner face à ce bourrin d'apparence ? Ce serait trop glauque, même carrément incompréhensible.

Mais du coup comme il m'a mis dans la merde avec ses demandes d'explications, j'ai carrément fait une mini-dépression sur moi-même, ben j'allais me venger ! Sauf que, si je le foutais dans la merde, j'ignorerais sa réaction. Ça tombe il se barrerait. Donc autant pas prendre le risque et sagement demander ce qui l'a mené à ce destin glorieux. Par contre, comme j'l'ai dis, face aux gringalets qu'on se trimbale, je vois pas trop ce qu'il fout de ses journées. Mais bon.

« Bon, ça te dis pas qu'au lieu de rester debout au milieu du champ comme deux bouseux qui s'apprêtent à ramasser des patates on va se poser dans un coin. Genre sous un arbre là-bas ? »

Il reprend son air de connerie et je camoufle assez mal par sincérité un rire que je dirais rire de merde. Mais on me dit souvent que mon rire est au contraire magnifique, même si moi, têtu comme je suis, je l'avoue pas, évidemment. Du coup comme je sais que je le camoufle mal, pendant le quart de seconde ou j'essaie de le camoufler, ben j'arrête et je laisse Rafaël le découvrir tout en rougissant de honte parce que je considère que mon rire est totalement pourri. Sauf que quand je rougis ça fait genre je suis amoureuse alors j'aime pas ça donc j'arrête de rire en souriant en regardant Rafaël ... bah là c'est limite une scène de film romantique, les trucs niés où les deux ont un coup de foudre. Sauf que soucis, y'a pas de coup de foudre ici. Finalement j'arrête de le regarder comme une conne, je pousse un long soupir pour évacuer toute cette connerie de rire, et tout reprend son cours. Mais j'ai grave flippé en rougissant n'empêche, ce qui a atténué l'impression de fille attrapée par le piège du séducteur ... mais ça fera une occasion en plus de voir s'il est assez con pour me croire déjà attrapée.

«Tiens et sur la route tu me parleras un peu de ta jolie petite équipe. Et tout particulièrement de ta boule de poil qui n'arrête pas de me fixer depuis tout à l'heure. Elle est mignonne. Moi les miens voulaient pas se bouger aujourd'hui, ils jouent les paresseux dans leur coin. À part lui là-bas ! Mais lui.. n'en parlons pas, t'as déjà vu quel genre c'était... »

Il se marre. Sauf que son rire était pour de la connerie vraiment marrante, pas pour une plaisanterie à deux balles. Enfin différence mon rire était léger, ça fait déjà moins folle quand même. Bref. Je disais donc, son rire était pour une connerie, et y'avait pas de honte à avoir pour lui au niveau de son rire vu qu'un rire sincère comme le sien c'est toujours beau de résonance, donc pas de soucis de honte, donc pas de rougissement soudain ! Je vais arrêter de penser à cette foutue erreur, ça m'enfoncera encore plus et je paraîtrais coincée après. Non mais. Je prends mon courage à deux mains, souffle longuement et continue à avancer en l'observant longuement. Par la suite, je parle. Encore, oui. Mais s'il me le demande.

« Puisque tu le demandes. Alors, ma petite équipe, hein ? Le Libégon que tu vois là c'est Heavy. Je l'ai rencontré quand j'étais toute petite, dans la pension que tiennent mes parents. Il était sauvage ou abandonné je sais pas trop mais il aimait bien venir car il savait que je lui donnais à manger. À force on s'est attachés et il est devenu mon premier Pokémon. Les autres n'ont pas une histoire forte intéressante, mais il est sûr que nous avons tous créé des liens très puissants entre nous. La Feunard, là, c'est Inaly. La jolie et grande bête canine, Arcanin, se nomme Blaze. Le jeune Salamèche c'est Shenzi. Sa monture, une adorable jument enflammée, c'est Ewaline, la plus pacifique. Pour finir la boule de poil dorée, c'est Akya. »

Je marquais une pause parce que trop parler d'un coup ça me fait encore plus passer pour une meuf sûre d'elle et bavarde. Hors, je devais réfléchir à mes paroles prochaines pour essayer de pas trop dissimuler mon attirance envers lui.

« Akya te fixe comme ça parce qu'elle est très possessive envers moi. Elle ne supporte pas de me voir souffrir, comme toute à l'heure, où j'étais déçue de moi-même, me lamentant sur ma vie professionnelle pas très glorieuse. Je me suis limite enfoncée en entendant l'honneur que représentait ton propre métier même si faut pas foutre grand chose là-bas., je marquais une légère pause. Mais Akya est maline et sait que les jeunes hommes de ton genre cherchent pas mal à séduire les jeunes femmes. J'imagine bien que t'es pas aussi con pour chercher juste à entrevoir une p'tite culotte comme ça, ou à te vanter pour des petites barbies que tu collectionnes. Mais vu que je suis sûrement plus intéressante que ces pauvres quiches qui bavent devant une physique aussi bien sculpté, elle devine sûrement que la touche que tu fais là peut s'avérer plus intéressante que d'autre. Elle veut pas me voir souffrir donc c'est comme un signe de prévention ; si tu me fais du mal, elle te fera du mal aussi. C'est pas bien méchant. »

Une nouvelle pause parce que j'avais pas fini. Quelle bavarde celle-là, hein ? Mais avant je réfléchissais. Entre temps nous étions arrivés à l'arbre et l'apprenti-power ranger, car je l'avais guetté entre temps, avait toujours pas fini de faire sa patrouille. Il lui faut quoi pour qu'il se calme ? Rohlala. Bref. J'observe l'endroit. Sûr que l'arbre est beaucoup plus majestueux qu'un champ ou où on reste plantés là comme deux cons paumés en "train de ramasser des patates". D'un fin coup d'œil je lance un regard à l'expression très mélangée - tendre, complice, presque provocatrice je sais pas trop pourquoi et mystérieuse.

« Wow wow wow. Le paysage est nettement plus agréable ici ... peut-être un peu trop nié, tu crois pas ? Enfin. Une touche de romantisme sur une rencontre qui au départ était hasardeuse, boarf, c'est pas non plus ce qu'il y a de trop. Pourvu que le paysage emporte pas sur l'ambiance ... »

Ma dernière phrase était prononcée dans la limite de l'ironie ! Pourtant j'avais camouflé ça plutôt bien selon moi ... et je crois que malgré tout, Rafaël avait deviné. Faut que je me reprenne ! Du coup, pour chasser tout ça, j'avais repris des pensées à la limite du sérieux histoire de pas être trop emportée. Bah c'est quand même pas ma faute si la flamme qui brûle à l'intérieur de moi s'emporte, si ? À ce moment j'essaye de la calmer, de la rétrécir, pour pas faire comme ces attardées ! Mais mon privilège ? J'découvrais pleins de trucs sur le jeune homme.

(Voix antérieure : En fait Hyuna c'est qu'une meuf qui fait sa puissante mais qui en mord pour Rafaël, j'crois. Mais sérieusement, elle essaie de faire tout pour le cacher et pour diminuer tout ça, et elle est à peine attirée ! Youhou !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 3 Sep - 16:57


J'écoute. J'écoute. J'écoute.. Ah non, je saigne des oreilles. Nan, je déconne. Mais bon, faut avouer que Hyuna, quand on lui pose une question, elle ne répond pas qu'à moitié. Moi j'ai l'habitude des « Moui..? », heureusement que j'suis un grand causeur et que parler avec des gens, ça m'éclate. Parce que si j'étais un putain d’asocial, j'serais déjà en mode autruche, la tête planté dans le sol histoire de plus l'entendre. Mais de toute façon, j'aime bien l'écouter. Ça va, elle est pas là à me parler du dernier sac à main à la mode ou de son foutu vernis. Et de toute façon, je pose les questions.. Cela dit, ça ne m'empêchera pas de la taquiner un petit peu.

« Hé bah... c'est fou ce que tu débite ! Faut te détendre un peu Hyuna ! »

Je rigole, encore. Parce que de toute façon, j'suis un gros rigolo et je me marre pour rien. Paraît que c'est bon, pour les pommettes ou les rides je sais plus, enfin, un secret de ménagère. Ouais, se détendre, faut profiter du calme, du cadre. De tout ce qui nous est offert dans ce coin paumé. Quand elle se met à comparer sa vie à la mienne, d'un point de vu professionnel, je la fixe de manière assez intrigué. J'ai envie de dire « Chacun sa vie et y a pas de sous-métier », même si y en a des jobs ingrats. Enfin bref, c'est pas la question. Et puis finalement, elle me dit que quoi ? Que je suis un branleur ? J'accepte la remarque quand ça vient de moi, mais pas des autres. Le déni sûrement. Après tout, c'est vrai, personne n'a dis que c'était facile d'être un champion. Et je peux avoir beaucoup de temps libre comme je peux être surchargé de petits crétins qui font la queue pour me défier. C'est aléatoire, c'est ce que j'aime bien. Et si je veux, j'peux me casser pendant une journée et si ils viennent, bah ils vont se faire foutre. Ils peuvent revenir demain ou camper devant l'arène, moi j'ai ma vie aussi. Alors branleur, ouais, peut-être, mais pas trop quand même.

« Je me permet de te reprendre sur un point, c'est pas si facile d'être un champion, crois-moi ! J'enchaîne souvent des combats, faut garder le rythme ! Qu'est-ce que tu crois toi.. Pfeu.. »

Je fais mine d'être vexé. Mais finalement ça me fait sourire, parce qu'à côté elle joue la fille stressée, qui rougit comme une petite fille de 13 ans qui aperçois son idole à mèche à la télé. Enfin bref ! On va pas me dire que je fais tant d'effet aux femmes que ça quand même. Hyuna elle change du tout au tout. J'sais pas, peut-être mon sourire ravageur et mon rire délicieux l'ont déjà charmés ? Ce serait drôle ! Je la croyais plus difficile à faire craquer cette rouquine. Je la voyais même plus du genre à fuir pour être plus attirante encore. Je dois la déstabiliser. Je comprends très bien, après tout, regardez moi.. QUOI ? J'ai le droit de jeter la modestie aux chiottes parfois quand même. J'suis même sûr que je me vante pas assez.

« T'es vraiment marrante. C'est vrai que des comme toi j'en rencontre pas souvent. T'en fais pas pour ta p'tite culotte, elle restera où elle est. » Je regarde sa petite boule de poil et je prends mon plus beau sourire. « T'entend ça petite teigne ? Je vais pas la tripoter ta maîtresse... Peut-être juste la peloter ! HAHAHA » J'explose de rire. Parce qu'ils sont marrants. Tous méfiants à mon égard. Je savais pas que j'avais une gueule de séducteur, même si j'ai conscience d'être un beau gosse. Cette Hyuna, elle pense vraiment que tous les hommes sont des obsédés sexuels. Moi les filles, j'aime bien apprendre à les connaître avant de tenter quoi que ce soit. Ouais ouais, ça peut paraître surprenant. Bon, j'avoue, c'est surtout quand la tentative en vaut la peine. Faut pas croire, j'suis un gentleman moi, je tripote jamais au premier rendez-vous ! Et puis cette Hyuna, bien qu'intéressante et très drôle à entendre, j'ai pas envie qu'elle me tue dans mon sommeil. Les femmes, on sait très bien que ce sont toutes des psychopathes ! Moi, je fonce pas dans le tas. J'attends. Conseil du paternel, faut pas tomber dans les filets des femmes trop rapidement, sinon t'es mort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 3 Sep - 17:42



Pas de titre cette fois, curieux. o/




J'en ai marre de parler. Pitié, qu'il arrête avec ces foutues questions. Je vais aussi arrêter de le tester, ça sent pas bon tout ça. Si ça continue il va avoir les chevilles qui enflent, faut peut-être pas pousser le bouchon trop loin. En plus c'est pas bon pour moi non plus, de faire croire que j'suis si facilement piégée. Autant de niveau professionnel qu'intime. Déjà, à la base, je suis censée être difficile à chopper. Alors si j'me laisse facilement faire et ce sur une trop longue durée, tout plombe tout.

« Hé bah... c'est fou ce que tu débite ! Faut te détendre un peu Hyuna ! »

C'est vrai que j'étais venue là pour me détendre en fait. C'est cool d'avoir quelqu'un pour te rappeler ça, surtout quand ce quelqu'un est appréciable et a grave la classe - surtout avec son métier, parfois. Mais bon. Alors que je suis dans mes pensées il rigole. Et quand j'en sors, je me repose bien la question.

Bon bah, on voit bien qu'il est pas emmerdé tous les jours par les vannes pourries, les questions totalement stupides. Mais d'un côté, ai-je réalisé son propre boulot ? C'est clair, c'est pas bien difficile de battre les trois quarts des dresseurs qui viennent, vu que ces trois quarts c'est des mauviettes incapables. Il n'empêche que les pétages de câble des plus immatures d'entre eux, et leurs remarques vachement osées doivent être aussi chiantes que les spectacles stupides des sbires.


« Je me permet de te reprendre sur un point, c'est pas si facile d'être un champion, crois-moi ! J'enchaîne souvent des combats, faut garder le rythme ! Qu'est-ce que tu crois toi.. Pfeu.. »

À m'entendre on croirait presque que j'ai pas parlé pendant dix ans et que tout d'un coup je lâche tout. Du coup je me calme même si pendant un petit moment ça a mal tourné, j'ai dit un truc presque vexant. J'imaginais que le taquiner de cette manière n'aurait pas été si touchant, mais en fait cette mine vexée est partie en deux secondes. S'il pouvait arrêter de se foutre de moi aussi, ça m'arrangerait.
Parce qu'il finit par sourire. Ouais, vous m'entendez bien, il sourit après avoir fait une mine qui m'a mis limite mal à l'aise. C'est en partie à cause de ça que je rougis comme une débile qui a marché à son jeu et qui est stressée par la suite ! On peut pas être dure tout le temps, qu'il aille pas s'étonner que je rougis pour de la merde ! Mais en partie aussi par cette dite face-cachée de lui-même. Mais on n'oublie pas que la raison principale c'est sa fichue connerie. Bref. J'vais me rattraper évidemment.

« T'es vraiment marrante. C'est vrai que des comme toi j'en rencontre pas souvent. T'en fais pas pour ta p'tite culotte, elle restera où elle est. » Il pose un regard sur ma petite boule dorée et d'un air presque méfiant je l'observe. « T'entend ça petite teigne ? Je vais pas la tripoter ta maîtresse... Peut-être juste la peloter ! HAHAHA »

Il finit par exploser de rire. Comme si une pointe de ce qu'il vient de dire était drôle pour moi. Je referme les yeux parce que ça commence presque à m'énerver. Il a l'air de m'prendre pour une abrutie qui finalement est comme les autres petites filles à craquer en voyant leur idole. Mais franchement ... j'irais pas jusqu'à dire que j'ai craqué. Si c'était vraiment ça, j'aurais limite les larmes aux yeux, le regard scintillantes et les mains tremblantes. Mais tout ce qui se présente c'est un regard vide, parce que le haïr devient presque impossible. Je sais que c'est pas avec méchanceté qu'il dit ça, donc me faire à cette idée c'est non.

«J'aurais pu souhaiter avoir une discussion plus sympatoche, mais au contraire sur ce point-là je ne me détendrais pas. Premièrement, si j'avais pu te vexer ne serait-ce qu'une seconde, et pour de vrai, je m'en excuse, même si selon ta tête j'aurais plutôt vu ça comme un foutage de gueule. J'avoue, t'as peut-être un rythme à suivre mais vu ta carrure et le fait qu'au fond t'es pas si con, ça m'étonnerait bien que t'aies beaucoup à t'en faire. » Je soufflais péniblement parce que j'en avais marre de parler mais j'étais limite énervée alors faut que je déballe tout. « Ensuite, j'avoue que j'en ai marre de parler mais ça doit être fixé, j'suis pas tombée à tes pieds et ça t'as pas l'air de t'en rendre bien compte. Peut-être que les petites fillettes qui se sentent plus et que tu croises sont dingues de toi, mais j'attends d'en voir plus. Parce que si t'en vaux pas la peine j'vois même pas pourquoi j'me lancerais à ta poursuite en espérant ne serait-ce qu'un simple moment de romance. » Je réfléchissais à ce que je pouvais bien fixer par la suite. Mais tout ce que je voyais c'est quelque chose de simple. « Pour finir, à tout te dire, au début j'te voyais bonne conquête pour rire un peu et pour voir c'que t'étais capable de faire à l'égard d'une belle femme. Mais peu à peu je m'écarte un peu de ça. En découvrant ta "face cachée", je découvre une autre personne. C'est bien dommage. »

Parce que c'est plus fun je laisse ma réponse ici. Une pincée de mystère. Avec un peu de chance il se remettra en question sur son attitude. Oh j'ai beaucoup espéré de lui. Je l'envisageais en tant que conquête pour voir c'qu'il avait dans le ventre à ce niveau là. À ses premiers abords de gentleman c'était sympa et ça promettait quelque chose d'intéressant. Une relation qui pouvait se terminer sérieuse. À ce moment là encore j'avais rien pour lui, juste quelque chose qui me poussait à rester et à découvrir un peu plus sa personne. Mais peut-être que j'aurais dû arrêter plus tôt, pour éviter d'être si déçu par une personne qui s'avérait si délicieuse au début et qui finit plutôt mal. Mais est-ce que mes paroles l'avaient ne serait-ce que frappé ? Si ça le faisait réfléchir, il y avait peut-être une chance pour qu'il change, pour qu'il réalise un peu plus qui j'étais. Rien que pour ça. D'un côté peut-être que je l'aidais pour ses relations futures. Étais-je désormais envisageable en tant que conquête . Est-ce que l'intérêt que j'avais perdu revenait doucement ? Peut-être j'en savais rien et de toute façon c'était mieux qu'il le garde pour soit-même. Je ricanais, très légèrement, en pensant à ça ... et s'ajoutait à ce rire léger un regard provocateur. Ça, ça voulait dire "maintenant tu me montres ce dont t'es capable ?". Et c'était facile à comprendre.


Dernière édition par Hyuna le Jeu 5 Sep - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mar 3 Sep - 21:42


Ces femmes. Qu'elles sont compliquées avec leur sauts d'humeurs et leur esprit volage. On ne sait jamais sur quel pied danser avec ses créatures tant sublimes que diaboliques. Est-ce que Hyuna essaierait de me retourner le cerveau, de faire de la psychologie inversée ou je ne sais quel autre procédé sournois ? C'était à n'y rien comprendre. Moi qui croyais que l'ambiance était bonne enfant, qu'on pouvait se détendre. Faire des blagues. Hé bien non, apparemment, les femmes, ça n'aime pas l'humour masculin, ou alors juste le mien. Aussi susceptibles que délicieuses.

« Hm. Fait pas cette tête, ne prend pas ce ton, c'était de l'humour ! » Je la fixe, je crois les bras, perplexe. Un élan d'hystérie typiquement féminin, allez comprendre comment ça marche vous ! Moi j'étais paumé. Elle avait sans doute pas pigé que je disais ça avec humour. Cette histoire de culotte et de tripotage. Nan mais, c'est dingue, elles sont folles. Ça s'enflamme pour un rien. Une blague ? Sur elles ça à le même effet que le vent sur des braises encore chaudes. C'est limite si ça explose. Et j'ai l'impression que je viens de me faire sermonner comme un petit garçon. Alors j'essaye de prendre ça un peu à la légère, parce que des discussions chiantes j'ai ma dose habituelle. « Rafael, vilain goujat. Miss Hyuna est froissée, prostrée, fermée maintenant ! »

Je lâche un nouveau sourire, quand même. C'est fou, elle m'a glacé le sang brusquement. L'ambiance me semble moins à la fête, moins aux réjouissances, à l'amusement.. Bref. Tout ça pour une malheureuse blague. Les femmes ça n'aime pas l'humour. Ce n'est pas si marrant. C'est stressé et même stressant. Finalement, je me pose, en tailleur, dans l'herbe, tel un petit clochard qu'on abandonne à son pauvre sort. Et je bouge. OUI ! Je bouge. J'viens de me faire engueuler comme un gosse mal élevé. Alors voilà! Rafael il boude. Oui ! « Rafael, il boude ! » Le rôle de celui qui engueule et celui qui se fait engueuler. J'aime pas débattre, c'est ennuyeux. Surtout avec des femmes sans humour, en fait elle est pas réceptive à mon humour et ça vient de tout gâcher. C'est nul. C'est pas marrant. Maintenant j'aurais peut-être une membre d'organisation sur le dos qui essayera de me tuer dans les jours qui suivent. Là, maintenant, tout de suite, j'aimerais bien pouvoir faire l'autruche. Mais tout ce que je fais, c'est lancer un regard désespéré à mon pote que j'avais presque oublié et qui ne comprend strictement rien à la situation. Mais bon, je me sens soutenu comme ça ! Oui, Rafael joue le bébé qui boude et qui est frustré de se faire engueulé pour une vanne maladroite. Et alors. Voilà la face caché, l'immaturité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mer 4 Sep - 11:52



La fatalité triomphe dès qu'on croit en elle.




Je me sens mal. Par ma faute. Encore une fois. Oh que oui, je monte trop sur mes grands chevaux. Mais si seulement j'avais pas été si vache, si susceptible. J'ai l'impression d'être la mère d'un gosse de 8 ans. À l'engueuler comme s'il avait fait une connerie. Alors qu'en face de moi je trouve un bel homme, plus grand que moi même, autant en âge qu'en taille, qui ne faisait qu'un humour particulier que j'ai pas supporté. Alors que pourtant j'en avais conscience.

« Hm. Fais pas cette tête, ne prend pas ce ton, c'était de l'humour ! »

Mes yeux fixent son regard. Lui aussi me fixe. Il croise les bras, et la seule chose que je trouve à faire c'est soupirer, comme si encore une fois je lui reprochais quelque chose ... alors que la seule personne à qui je peux en vouloir, c'est moi-même. J'aurais à nouveau pu tout foutre en l'air, tout abandonner, partir en fuyant, en ayant honte, sans qu'il comprenne. Mais est-ce qu'au contraire ça ne l'aurait pas attiré ? « Hyuna, t'as plus aucun mystère à lui cacher. T'en inventes seulement, pour le garder. Et encore. Hyuna t'as que 17 ans. T'es pas une femme. T'es encore une enfant. Et pourtant. » C'est ce que ma pensée me dit, en ce moment même. Pour en rajouter. Pour me faire craquer, pour que je croule sous tout ce poids. Pour que je m'écrase. Pour qu'il découvre tout, pour qu'il sache tout, pour qu'il se rende compte qu'au fond j'suis un peu comme les autres.

« Rafael, vilain goujat. Miss Hyuna est froissée, prostrée, fermée maintenant ! »

Un sourire se montre sur mon visage. Lui aussi. Mon regard qui s'était posé sur le sol quelques temps avant s'est maintenant délicatement déposé sur son petit visage. Il m'a sorti de mes pensées et pourtant, tout ce poids qui pourrait m'écraser semble aussi lourd qu'une plume. Parce que malgré toute la haine que mes mots auraient pu lâcher, je n'y arrive pas. Mais je repense à ses paroles. « C'est vrai que des comme toi j'en rencontre pas souvent. » J'avais oublié tout ça, lorsque je lui gueulais dessus. Oublié ce petit compliment qui aurait pu tout changer. Ça me rappelle que je ne suis qu'une enfant.

« Miss Hyuna est froissée, prostrée, fermée maintenant ! » Je repense à ça. Mon sourire persiste sur mon visage. Comme si ses paroles m'enchantaient. Et par sa phrase qui d'origine est tout sauf mature, j'entends quelque chose de précieux. C'est peut-être pour rire, mais dans son immaturité je comprends que malgré tout ça il tient - oh peut-être pas tant que je ne l'imagine - ne serait-ce qu'un peu à moi. Comme s'il se souciait de mon état.

Quand je repose mon regard sur lui, il est posé en tailleur. Dans l'herbe, évidemment. Comme si je l'avais jeté dehors. Comme un enfant qu'on punit et qui va dans le jardin, sur l'herbe, comme un petit malheureux. C'est sa face cachée. Lui qui était grand, fort, fier. Maintenant il ressemble à un enfant immature. Alors que j'essaie d'obtenir ... non j'essaie d'obtenir rien du tout. Il m'a donné son attention. Il m'a quelque peu poussée à me détendre. Il se soucie de moi ... et je le récompense en l'engueulant comme un simple gamin. La seule qui devrait être engueulée comme ça c'est moi. Même si ma réaction, ce serait des pleurs. Ou ... je sais pas.

« Non ... non. Rafael n'est pas un vilain. C'est Hyuna la vilaine. Hyuna qui réagit au quart de tour alors que Rafael se souciait de son état depuis le début. »

J'étais sincère et j'avais les larmes aux yeux malgré un petit sourire. Comme une mère qui se soucie de son enfant, maintenant je veux lui rendre toute l'attention qu'il a voulu me porter sans que je ne remarque quoique ce soit. Parce qu'à mes yeux c'était normal tous ces gestes que j'aurais aimé connaître dans le passé, parce qu'à mes yeux ... il était juste ... je sais pas. Encore une fois, je ne sais pas. Mais ça change. Je veux que ça change. Que sa mine se réjouisse. Le Rafael que je connais. Je veux le retrouver. Alors j'avance vers lui en espérant attirer son attention. Je n'observe pas son regard, j'ignore s'il se tourne vers moi. Mais ce que je sais c'est que je me retrouve en face de sa tête à la mine morte. Plus de joie. Je le regarde au fond des yeux et je tiens son petit visage. Je pose mes délicates mains sur son visage. Comme une mère lorsqu'elle veut que son enfant la regarde. J'ai toujours les larmes aux yeux mais un sourire de mère. Vous savez, ce fameux sourire quand une mère s'excuse. Quand elle veut que tout aille mieux. Ce fameux sourire qui finit par un câlin délicat, qui pour ma part me donne un regard étonné puis heureux à nouveau. Lorsque tout semble perdu un espoir reste encore vivant.

« Hyuna veut réconforter Rafael. Hyuna n'aime pas voir Rafael triste. Ni voir Rafael bouder. Hyuna s'excuse. Elle n'aurait pas dû prendre tout si mal. Hyuna aimerait serrer Rafael dans ses bras pour lui prouver à quel point elle est désolée. Mais Hyuna est maladroite. Elle ne veut pas refermer les portes du cœur de Rafael à tout jamais. Pas envers les autres mais envers elle. Elle veut illuminer le petit cœur de Rafael d'une liaison nouvelle. Une amitié peut-être ... ou rien qu'une connaissance. Mais ... mais Hyuna voulait juste se rapprocher d'un homme, rien qu'une fois. Hyuna ne mérite peut-être pas Rafael, même rien qu'en connaissance, après tout ... »

Mes larmes se succèdent l'une après l'autre. Elles coulent. Parfois sur le sol, parfois sur mes bras. Mais la sincérité dont je viens de faire preuve se lit bien trop facilement dans mon regard. Je tiens encore le visage de Rafael. Mes yeux restent plongés dans les siens. Qu'il devine que tout ce que je viens de dire est vrai. Pourvu qu'il le devine.


HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

élite
avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 20/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mer 4 Sep - 17:45


Dans cette situation presque comique, j'avais l'impression de perdre ma fierté et ma virilité. La tournure que la discussion prenait, c'était limite bizarre. Je ne sais pas trop à quoi je jouais, ni elle d'ailleurs. Ou alors on s'abrutissait mutuellement à parler de nous à la troisième personne. Ou, j'étais devenu complètement paumé. J'en sais trop rien, j'essaye de prendre ça avec le sourire. S'il y a quelques minutes encore tout me paraissait plutôt clair, là j'avoue que c'est un sacré foutoir.

Et vient le moment de tendresse, où elle saisit avec délicatesse et bienveillance mon visage, tout en me fixant. Moi, je reste un peu bouche-bée, je la fixe, sans dire un quoi que ce soit, rien ne me vient. Le maître mot de ce moment : Sensibilité. Pour le coup, Hyuna se donnait à fond. Les yeux brillants, avec quelques larmes. Une arme de femme, les petites gouttes qui perlent le long de sa joue, c'est un fléau destructeur. La carte de la sensibilité - quand on a pas un cœur de pierre - c'est l'arme fatale. Quel homme digne de ce nom tolérerai de voir une si jolie fille être si pleine de larmes dans une situation pareil. J'ai presque envie de trouver tout ça gênant, parce qu'au final, à ce stade, nous nous connaissons à peine. Mais tout ça n'a pas tourné comme ça aurait du tourner.

« Ne te met pas dans cet état là Hyuna, voyons.. »

Bon du coup, je fais quoi moi ? Bah, ce que tout homme ayant, un tant soit peu, des tendance protecteur. La prendre doucement et tendrement dans mes bras pour que cette vilaine crise passe. Je ne cherche rien, je n'attends rien. Et ça, il faut qu'elle le comprenne. Nous sommes encore au stade de la simple découverte, apprendre à connaître l'autre, ses réactions, son tempérament. À ce stade, on se connaît, mais finalement, encore très peu, trop peu même.

« On ne va rien précipiter. Prenons le temps de nous connaître, on ne créer rien de bon en une après-midi. Je t'apprécie Hyuna, tu es marrante et tu as ton caractère. Mais soyons francs, la tournure qu'a pris la discussion nous prouve que nous avons encore du travail pour nous découvrir. »

Lentement, je m'écarte. L'étreinte se desserre. J'approche mes lèvres de son front, masqué par quelques mèches rousses que j'écarte délicatement au préalable. Et voilà, j'y dépose un léger baiser. Ce geste, bien que tendre, reste purement amical. Hyuna, je ne sais pas quoi te dire de plus, sincèrement. Et surtout, je ne sais absolument pas où cette relation va nous mener. Loin, je l'espère. Mais il était trop tôt pour pouvoir dire quoi que ce soit à ce sujet. Je plonge mon regard dans le sien, et lui affiche un large sourire.

« Je pense que nous devrions en rester là, pour aujourd'hui. On ne construit pas une relation en quelques heures, apprendre de l'autre prend du temps. Pourquoi pas nous retrouver à un autre moment ? »

Je pensais au reste de l'équipe. Laissez seul dans leur coin. Bien que je doutais qu'ils attendaient avec impatience mon retour. Je ne pouvais non plus me permettre de m'éterniser. Et puis, j'avais comme l'impression que continuer à avancer dans cette voie ne donnerait rien de bon. C'est vrai à près tout, on ne connaissait à peine et nous voilà dans une relation sur la voie de l'intimité. Trop rapide à mon goût. Au lieu d'être simple, tout semblait vouloir se compliquer à la hâte. Je ne la jetais pas, mais finalement, c'était pour notre bien à tous les deux. Enfin, peut-être que j'essayais de me persuader de ça. Tout allait trop vite pour en suivre convenablement le rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

team magma
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 04/07/2013

Personnage
Infos utiles:
Pokemons / dresseur:

Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
  Mer 4 Sep - 19:10



Folie, quand tu nous tiens. ~




Un moment si tendre. Les larmes coulent. Pourtant, cette situation dégénère ... serais-je si sensible que ça ? Alors que rien n'est encore bâti, j'essaie de tout peaufiner en mon fort intérieur. Alors que j'aimerais au contraire rester au rythme normal, mon être profond m'en empêche. C'est fou, n'est-ce pas ?

« Ne te met pas dans cet état là Hyuna, voyons.. »

C'est ça qui me prouve qu'il est un homme, un vrai. Capable de jeter ses propres intérêts à la porte pour le bien des autres. Il me prend doucement, tendrement dans ses bras. Et même si mes larmes salissent ses vêtements il ne dit rien. Mais ses gestes atténuent mes larmes. Alors que je sais qu'il fait ça pour me réconforter.

« On ne va rien précipiter. Prenons le temps de nous connaître, on ne crée rien de bon en une après-midi. Je t'apprécie Hyuna, tu es marrante et tu as ton caractère. Mais soyons francs, la tournure qu'a pris la discussion nous prouve que nous avons encore du travail pour nous découvrir. »

Quand il dit ça il se retire doucement. Mes larmes cessent. Mais je lui voue un dernier regard entre ses bras, rien que ça. Bien sûr que je sais tout ça. Ai-je vraiment l'air d'être à ses pieds, d'être folle de lui ? Oh que non. Cette après-midi, bien que mémorable, ne représente pas autant que ça. Mais j'avoue que Rafael a une place particulière dans mon cœur. Car le seul homme que j'ai rencontré jusqu'à présent, qui n'est pas mon père, et qui est capable de faire ça, c'est lui. Et c'est ces attentions et tout ce que je me reproche qui me font pleurer. Même si un peu de compassion envers lui me tiraillaient légèrement. Les relations fondées sur une après-midi ne sont jamais bonnes. Elles se détruisent trop facilement et détruisent tout sur leur passage. Alors quoi ? Mais alors que je pense rapidement, il écarte quelques mèches sur mon front et y dépose un doux baiser. Je lève les yeux, reconnaissante. Bien évidemment il ne verra ce regard qu'après. Mais ce n'est rien. Notre lien me semble proche ... mais pas suffisamment pour bâtir quelque chose.

« Je pense que nous devrions en rester là, pour aujourd'hui. On ne construit pas une relation en quelques heures, apprendre de l'autre prend du temps. Pourquoi pas nous retrouver à un autre moment ? »

Il a encore raison. Encore comme souvent. J'apprends de lui comme une enfant. Seulement c'est différent. C'est une forme de sagesse qu'on n'apprend pas de soi-même. Pour ça, je lui souris les yeux scintillants. J'avais tellement peur de ne plus le revoir. De l'avoir effrayé, de l'avoir écarté. Mais un homme comme lui n'aurait pas fuit simplement. Alors j'imaginais qu'après ses derniers mots il partirait, avec son power-ranger. Finalement je repense, en pensant à son Pokémon, aux miens. Durant tout ce moment ils n'avaient pas bougé ... et je leur jetais un regard reconnaissant à eux aussi. Une tendresse d'homme ne vaut pas celle de ses plus chers compagnons. Surtout pas celui d'un vrai homme.

« Rafael. Je ne crois et ne ressens rien de si loin à ton égard. J'avais juste peur de te perdre en tant qu'excellente connaissance. Mais j'imagine qu'on peut se considérer amis après tout ça. Je vais encore blablater à mon grand regret, mais c'est tellement nécessaire pour que tu comprennes. »

Je le regardais avec un sourire sur le visage, les traces de mes dernières larmes encore visibles. C'est fou comme toute cette après-midi a tourné. Moi qui pensait que c'était une simple balade avec mes amis, c'en est tourné à une excellente rencontre. Vraiment.

« J'ai cru un moment, oui, que tout allait trop vite. Qu'il y avait une erreur, un problème, quelque chose qui n'allait plus. Comme si j'avais sauté une étape. Ce qui aurait pu être douloureux. Que dire maintenant. C'était évident mais voilà, je ne savais pas comment expliquer. Mais je pourrais te dire que tu as une place privilégiée dans mon cœur. Partager ces moments avec toi, ça m'a beaucoup appris. J'ai bien réalisé que je n'avais que 17 ans. Que j'avais encore beaucoup à apprendre. Je le savais déjà, oui. Mais je ne l'avais pas si bien réalisé. »

Je réfléchissais à quelque chose d'autre. C'est sûr, le moment n'allait pas s'éterniser. J'espérais le revoir rapidement. Et si j'allais faire un tour à l'arène un de ces jours ? Une bonne surprise j'imagine. Peut-être même un petit combat pour couronner le tout. Même si j'ai un avantage de type. Mais bref. Je devais finir ma partie de parole.

« Évidemment. La journée est passée vite oui, mais c'est suffisant pour aujourd'hui. Aller vite ça briserait toute possibilité d'avancement dans nos relations. Hors si on souhaite devenir plus proches l'un de l'autre, on doit y aller mollo. Ça me convient. Et ça me réjouirait de te voir assez souvent. Parce que des moments comme ça, avec quelqu'un comme toi, un petit rigolo qui fait passer le temps, j'aime ça. T'arrives à me faire pleinement oublier le boulot. C'est le but de mes virées dehors. Alors ça me plairait de passer pas mal de temps avec toi. Par la même occasion, tu pourras me présenter ta p'tite équipe à toi. Et qui sait, un p'tit fight se présentera peut-être à l'occasion ? »

Finalement ça se terminait bien. Un sourire se montra sur mon visage et d'un pas je m'approchais de Rafael.

« Malgré tout je garde des bons souvenirs de toute cette histoire ... même si elle restera à jamais la rencontre la plus étrange que j'ai pu faire jusqu'à maintenant. Une chose, Rafael. Je marquais une pause ... longue. Pour marquer l'coup parce que le mystère c'est marrant, avec la tête qu'il tire. Merci pour tout. J'imaginais pas que t'allais me prendre dans tes bras de cette façon. Je me suis rendue compte de beaucoup à ce moment. Mais surtout, à quoi ressemblait ton cœur d'un aspect global. T'es un mec bien. Tu mérites peut-être mieux que moi, oui, mais j'imagine bien que j'tenterais ma chante au bout d'un certain temps, ahah. Oui oui, j'ai bien dit "ahah" ! Tu vois, les femmes, ça sait rire aussi. »

Je me permettais de lui rendre son attention dernière en décrochant l'un des nombreux motifs accrochés sur ma chaîne. Je pris sa main en l'ouvrant. En finissant par mettre le motif dans sa main.

« Prends ça. J'aime bien mes p'tits bijoux mais j'me sens obligée de te l'offrir. Puis, le "Have Fun" t'es sûrement plus destiné qu'à moi ! Ahah. On s'revoit vite. Tu pourrais me faire cette promesse ? Pour une fois que je te pose une question, elle s'avère trèèèèèès importante à mes yeux. »

Une dernière touche d'humour. Parce que ça doit bien finir comme ça. Oui, les femmes ça sait rire de l'humour d'un homme ... seulement avec certains hommes. Ou du moins certaines femmes ... les vraies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Message  Sujet: Re: « P'tite balade à l'air frais. » | Libre.
 

Revenir en haut Aller en bas
 

« P'tite balade à l'air frais. » | Libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Balade en amoureux (pv Charlotte)
» Petite Balade Avec Pauline (pv elle)
» Balade en ville [PV : Menthos]
» C'est toujours la p'tite bête qui mange la grosse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nootan — New Age :: rp — zone riche :: campagne buffalante :: champs-